Nouvelle voie naturelle de régulation des gènes

Un dogme scientifique bouleversé par une équipe de recherche du Laboratoire de Recherche en Sciences Végétales – Toulouse

Au cœur de l’actualité autour de la nouvelle loi pour la protection de la nature et de la biodiversité, l’équipe de recherche « Symbiose Mycorhizienne et Signalisation Cellulaire » du LRSV (Université Toulouse III – Paul Sabatier / CNRS) vient de révolutionner les recherches menées sur les microARNs.

En effet, la célèbre revue scientifique Nature vient de publier l’article du LRSV consacré à cette avancée majeure. Nature, la revue de référence internationale, diffuse en ligne depuis hier soir la publication des résultats de cette recherche. Sa version papier sera disponible à partir du 02 avril.

Les microARNs sont des molécules d’Acide RiboNucléique (ARN) courtes impliquées dans la régulation de l’expression de nombreux gènes. À ce jour, les microARNs ont toujours été réputés non-codants. Les chercheurs de l’équipe « Symbiose Mycorhizienne et Signalisation Cellulaire » du LRSV ont bouleversé ce dogme scientifique en mettant en évidence que les transcrits primaires des microARNs codent, chez les plantes, pour des micropeptides (MicroPep®). L’un des éléments clés de cette découverte tient dans le fait que les MicroPep® augmentent spécifiquement l’expression du microARN dont ils sont issus. Ainsi, par effet de cascade, les MicroPep® ont un impact sur l’expression des gènes cibles régulés par ledit microARN. Cette approche, par la simple application des MicroPep®, possède comme avantage d’utiliser des molécules naturelles, biodégradables, hautement sélectives et de faible impact écologique.
Dans le domaine agronomique, le rôle des microARNs dans le développement des plantes est bien connu. La découverte ouvre donc la perspective de détourner les MicroPep® de leur fonction d’origine pour améliorer la croissance, le développement ou la résistance des plantes. Cette découverte, issue du domaine végétal, ouvre des perspectives bien au-delà de ce domaine, et en premier lieu en biologie humaine et animale.
Toulouse Tech Transfer (TTT) investit fortement sur la maturation des MicroPep® en intervenant sur 3 niveaux :
  • protection industrielle : afin de préserver l’avance acquise par le laboratoire,
  • technique : pour développer les cas d’applications industrielles,
  • mise sur le marché : pour maximiser les retombées économiques régionales.
Pour consulter le communiqué de presse : Communiqué de Presse TTT-MicroARN
Pour prendre rdv avec les chercheurs (LRSV) : Fabienne Peltier (Responsable communication TTT : 05 62 25 50 98)