La revue de presse hebdomadaire du 16 au 20 septembre 2013

Toulouse Tech Transfer soutient les projets du LAAS-CNRS autour de  l’« intelligence ambiante », de l’interaction des robots avec les humains, et des micro-systèmes pour la santé.
Retrouvez l’article de Jean Arlat, directeur de LAAS-CNRS, « les 12 projets avec la Toulouse Tech Transfer » publié vendredi, 30 août 2013.
  • Midinews.com, article de Frédéric Dessort, « 12 projets avec la Toulouse Tech Transfer »
12 projets avec la SATT Toulouse Tech Transfer
Dans un contexte toulousain foisonnant de la recherche technologique, le LAAS-CNRS poursuit ses travaux de fond notamment autour de l’« intelligence ambiante », de l’interaction des robots avec les humains, et des micro-systèmes pour la santé.
« En seulement un an, nous avons lancé 12 projets de maturation technologique avec la Toulouse Tech Transfer (TTT), partant de découvertes faites dans notre établissement », se réjouit Jean Arlat, le directeur du LAAS-CNRS. Le plus gros laboratoire en propre du CNRS au niveau national (*) a donc pleinement engagé son partenariat avec la Société d’Accélération de Transfert de Technologies, créée il y a à peine un an et demi. Les innovations technologiques promises à l’issue de ces projets demeurent, pour la plupart, sous le sceau du secret.  Elles s’inscrivent naturellement dans la feuille de route du laboratoire.  Pour mémoire, deux grands axes stratégiques avaient été lancés en 2010, que MID e-news avait dévoilé.
Des applications pour faire interagir des robots avec des humains:
En premier lieu, « Adream », est à la fois le nom d’un large axe de recherche et le nom du bâtiment éponyme qui abrite de nombreuses expérimentations. Enjeux : développer les composants futurs d’une électronique logicielle en réseau et plongée dans son environnement, ainsi que des bâtiments à la fois « intelligents » et doté de résilience énergétique.
En particulier, des travaux qui visent à développer une forme d’interaction entre des robots industriels et des humains suscite l’intérêt d’Airbus, « société avec laquelle nous avons engagé de premiers contacts sur ce thème », confirme Jean Arlat. Une application devra permettre à un robot de se repérer dans un environnement inconnu et d’identifier les objets qui l’entourent. En fait, plusieurs briques de ce logiciel ont déjà été mises au point depuis plusieurs années au LAAS. Un ensemble de travaux qui font désormais l’objet d’un projet de maturation dans le cadre de la TTT.
Par ailleurs, des discussions ont été lancées avec l’université Paul Sabatier en vue de la construction prévue d’un bâtiment, dans le cadre du plan Campus. Objectif : bénéficier du savoir-faire acquis par le laboratoire concernant le bâtiment Adream. L’une des caractéristiques de ce dernier consistant notamment en une régulation très fine et au final une consommation inférieure à sa production d’énergie.
Toujours dans le giron de l’enseignement supérieur, des enseignants-chercheurs du LAAS-CNRS et de l’IUT de l’université Paul Sabatier ont conçu une formation de niveau L3. Les étudiants du parcours spécialisé en agronomie vont étrenner ce module dès la rentrée afin d’apprendre des bases de l’électronique et aborder les dernières innovations en la matière.
Des nanocapteurs pour diagnostiquer très tôt un cancer:
Le deuxième grand champ de développement du LAAS-CNRS, dénommé Alive, concerne la santé : quelles applications de la micro ou nano-électronique, associées aux TIC, pour la prévention et le traitement des pathologies ?  Des relations ont été établies avec plusieurs laboratoires de biologie ou de médecine, et notamment en direction de l’Oncopole.
Or, une application pourrait révolutionner la prévention du cancer. « Nous développons depuis une dizaine d’années des nano-capteurs qui peuvent détecter des biomarqueurs circulant dans le sang, témoins caractéristiques de tumeurs cancéreuses. Les premiers dispositifs électroniques sont d’ores et déjà au point, grâce à un transfert de technologie réalisé avec Innopsys, une PME innovante de biotechnologies basée à Carbonne. Il reste maintenant à mener les tests cliniques pour valider notre technologie. Des investigations qui démarrent cette rentrée avec nos collègues du Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse, et qui devraient durer deux ans environ », explique Christophe Vieu, directeur de recherches au LAAS-CNRS.
Le laboratoire toulousain n’est certes pas le seul à travailler sur cette technique : « la concurrence est vive au niveau mondial mais nous sommes très bien positionnés, de part nos résultats et grâce au partenariat fort engagé avec l’Oncopole », met en perspective le chercheur.
Ce sera en tous cas une révolution si l’innovation s’avère efficiente : elle permettra de détecter un cancer dès les tous premiers développements de cellules malignes.
Autant de recherches qui s’inscrivent dans une nouvelle dynamique technologique régionale, qui se construit, avec les récents lancements de l’Institut de Recherche Technologique Aéronautique et Systèmes Embarqués, du CEA Tech, de la Toulouse Tech Transfer et bientôt de l’Institut Universitaire du Cancer…
Frédéric Dessort
  (*) A ce jour, le LAAS-CNRS compte 615 personnels, avec 491 chercheurs dont 237 doctorants.
(**) Celui-ci sera rebaptisé du nom de Georges Giralt, pionnier de la robotique et co-fondateur du LAAS-CNRS, récemment décédé.
  Retrouvez cet article en cliquant ici 

Toulouse Tech Transfer dresse son premier bilan pour l’année 2013

L’équipe de Toulouse Tech Transfer a le plaisir de vous faire partager son premier bilan pour mi-2013.
Le 25 juillet 2012 la Société d’Accélération de Transfer de Technologies en Midi-Pyrénées (SATT) Toulouse Tech Transfer voyait le jour.
Créée dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir et dotée d’une enveloppe d’un million d’euros sa mission est d’impulser l’innovation et le développement économique en Midi-Pyrénées à partir des résultats de recherche publique.
Toulouse Tech Transfer s’affiche désormais comme un acteur dynamique dans l’économie régionale.
L’équipe de Toulouse Tech Transfer a donc le plaisir de vous faire partager les chiffres clés qui ont marqué son activité depuis son lancement, notamment  au travers d’un article paru dans l’hebdomadaire économique MPS.
free domain names register . similar websites

La revue de presse hebdomadaire du 9 au 13 septembre 2013

Toulouse Tech Transfer soutient la 33ème édition des Inn’Ovations.
Retrouvez l’interview de Martin Malvy, Président de la région Midi-Pyrénées, consacrée au lancement des 33ème Inn’Ovations.
  • Midi-Pyrénées Innovation.fr, interview de Martin Malvy, « Lancement des 33es Inn’Ovations »

Lancement des 33es Inn’Ovations

« Je suis particulièrement heureux d’annoncer le lancement des 33esInn’Ovations. Avec plus de 200 000 € de prix, le concours régional de l’innovation de Midi-Pyrénées est aujourd’hui le mieux doté de France. Au-delà de la reconnaissance du jury et de la dotation financière, nous avons souhaité que ce concours puisse apporter aux lauréats de Midi-Pyrénées un véritable effet de levier. Les Inn’Ovations leur offrent ainsi une visibilité accrue et une opportunité unique d’accélérer leur développement.
Cette nouvelle édition, pilotée par l’agence régionale de l’innovation MPI, accueille un nouveau partenaire privé, EDF, qui a décidé de rejoindre Airbus et BNP Paribas, et de s’engager à nos côtés pour mettre en lumière le formidable potentiel  d’innovation de notre région. Je tiens à souhaiter la bienvenue et à remercier ses représentants. Le concours est également soutenu par l’Eurorégion Pyrénées Méditerranée et Toulouse Tech Transfer.
Cette fois encore le jury de 110 experts devra faire preuve de sagacité pour mettre en lumière les plus beaux projets d’innovation tels que ceux portés ces dernières années par FittingBox, Epsiline, Phonitive ou encore Helem – pour ne citer que quelques exemples.
A travers ce concours et les différentes actions menées par MPI, la Région entend contribuer activement au développement des secteurs d’activité émergents comme les plus traditionnels, et ainsi renforcer la compétitivité et l’attractivité de Midi-Pyrénées.
J’invite tous les porteurs de projets innovants – entreprises, laboratoires et équipes de recherche, lycées technologiques, professionnels et agricoles – à participer à cette nouvelle édition des Inn’Ovations – et à célébrer l’esprit d’entreprendre en Midi-Pyrénées. »
Martin Malvy
Ancien Ministre
Président de la Région Midi-Pyrénées
Retrouvez toutes les informations de ce concours en cliquant ici