#Évènement : TTT partenaire d’INVEST IN BIOMED

16 Octobre 2019 à Montpelllier : 5ème Edition du programme Eurobiomed avec les investisseurs spécialisés en santé
Eurobiomed organise pour la 5ème année consécutive une rencontre avec des investisseurs spécialisés dans le financement en amorçage ou en croissance d’entreprises du domaine de la santé.
A qui s’adresse Invest in Biomed ?
Invest in Biomed est une rencontre d’excellence, avec un haut niveau de sélection, limitant à huit le nombre de projets présentés. Après la sélection des candidats sur dossier, le programme Invest in Biomed propose aux lauréats un accompagnement personnalisé afin de maximiser vos chances d’intéresser les investisseurs :
  • Conseils de l’équipe Eurobiomed sur votre documentation et votre stratégie
  • Préparation au pitch avec un consultant dédié
  • Pitch d’essai devant des entrepreneurs et des investisseurs de notre réseau
  • Feedback après la présentation aux investisseurs et facilitation des discussions
Invest in Biomed est une opportunité unique de présenter votre projet lors d’un pitch de 15  minutes suivi de questions réponses devant une vingtaine de fonds d’investissement réunis pour en un seul lieu, à huit clos, en privilégiant la convivialité et la qualité des échanges entre les participants.
Chaque année Invest in Biomed mobilise :
  •    Un panel de 20 investisseurs
  •    L’évaluation de 20 à 30 dossiers de candidature
  •    Une séléction de 8 projets présentés
N’attendez plus pour candidater :
Votre candidature à Invest In Biomed  est éligible pour une entreprise créée ou en cours de création, start-up ou PME, adressant les domaines thérapeutique, diagnostique, le dispositif médical et la e-santé, et répondant aux critères suivants :
  • Une équipe entrepreneuriale et complémentaire
  • Une innovation de rupture avérée ou au caractère inventif indiscutable
  • Une propriété intellectuelle solide
  • Une vision stratégique claire et ambitieuse
  • Un potentiel de croissance important
  • Un business model défini et convaincant
  • Une preuve de concept et des bénéfices cliniques validés
  • Un besoin en financement d’à minima 1 M€
Les projets au stade de validation préclinique, clinique ou réglementaire sont éligibles.
Les candidatures sont ouvertes et gratuites : vous pouvez dès à présent postuler pour bénéficier de cette occasion unique de lever des fonds et manifester votre intérêt par mail en cliquant ici avant le 19 Juin 2019, vous recevrez en suite les documents nécessaires pour candidater.
L’évaluation et la sélection  des candidatures s’effectueront sur la base d’un résumé de votre projet dont la trame vous sera communiquée plus tard.
Les frais de participation pour l’accompagnement de votre projet et l’organisation de cette rencontre sont de 975€ HT, uniquement pour les 8 entreprises sélectionnées.
Pour tout renseignement merci de nous contacter ici
Partenaires :

acTTTus #2 – Le coup d’œil : IA, Toulouse en première ligne

L’Intelligence Artificielle : voilà un sujet d’actualité, dont on entend parler quasiment tous les jours. On nous promet une révolution de la société : cela pourrait bien être le cas. Elle fait peur ou elle enthousiasme… mais qu’importe : elle arrive.
De la pure science-fiction il y a quelques années à une réalité quotidienne aujourd’hui, cette révolution va impacter nos modes d’organisation, nos métiers, nos technologies, nos activités de recherche.
Nous vous proposons deux coups d’œil : le premier sur Google, un des leaders mondiaux de l’IA, le deuxième sur les capacités scientifiques et technologiques régionales dans le domaine. Des éclairages issus d’analyses produites par Tech Intelligence® – service d’intelligence économique de Toulouse Tech Transfer.
L’exemple Google et l’IA
Le marché de l’intelligence artificielle est aujourd’hui très largement dominé par les entreprises américaines. Prenons l’exemple de Google : c’est aujourd’hui un acteur généraliste incontournable en intelligence artificielle. L’analyse de son portefeuille scientifique et technologique (environ 13 000 brevets et publications sur les 5 dernières années) permet plusieurs constats :
  • Premier constat : un doublement du volume d’articles scientifiques du groupe américain sur les 5 dernières années, tous domaines confondus.
  • Deuxième constat : une explosion encore plus marquée en IA, sur la même période, avec un volume d’articles scientifiques quasiment multiplié par 3 !
  • Troisième constat : bien qu’opérant de nombreux rachats d’entreprises à travers le monde, le géant de l’internet développe une stratégie de partenariat en IA très orientée vers le tissu industriel américain. A titre d’exemple, Google travaille activement en IA avec des sociétés comme DeepMind, Microsoft, IBM, Facebook, Adobe ou encore Motorola.
  • Quatrième constat : sur le plan académique, on observe également la même tendance, avec des partenariats majoritairement américains. 11% de ses publications scientifiques en IA sont réalisées en partenariat avec les dix premières Universités du classement de Shanghai. Les Universités américaines de Stanford et de Colombia se démarquent tout particulièrement.
Leadership américain en IA : vers une alternative européenne ?
Plus que jamais, l’Europe doit se mobiliser, et la France se met en ordre de marche sur le sujet. C’est une priorité stratégique pour l’État et les collectivités territoriales, particulièrement vrai en Occitanie. La région Occitanie a de nombreux atouts pour répondre aux défis de l’IA avec des domaines d’excellence scientifique autour de la mobilité et des systèmes embarqués, du numérique et de la robotique. Elle bénéficie également des gisements de données apportés par les secteurs phares du territoire que sont le spatial, l’aéronautique ou encore la santé. De nombreux acteurs industriels sont impliqués en IA sur le territoire. Il existe également bon nombre de partenariats industriels ou de recherche. Les secteurs adressés sont très variés, tels que : On constate également que le volume de publication scientifique est sensiblement à la hausse (+35% depuis 5 ans), avec des sujets de recherche orientés autour des systèmes d’aide à la décision, de l’apprentissage automatique (machine learning), de l’ingénierie de la connaissance et des systèmes autonomes (robotique en particulier).
Ce fort potentiel de recherche est marqué par la présence des grands organismes nationaux actifs sur le sujet : le CNRS bien évidemment, mais aussi l’INRA, le CIRAD, l’INSERM, l’IRD, l’ONERA ou encore le CNES (non exhaustif). Derrière ces organismes, c’est tout le tissu universitaire et les Écoles d’ingénieurs qui se concentrent sur la métropole toulousaine et qui s’appuient également sur des ancrages locaux (Tarbes, Albi…) et régionaux.
Ce n’est donc pas un hasard si l’État a confirmé la position de Toulouse comme un pole leader en IA avec son projet ANITI (porté par l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées), mettant ainsi en avant l’excellence scientifique toulousaine. A travers cette reconnaissance, c’est tout un écosystème, économique et industriel régional qui se mobilise pour répondre aux enjeux nationaux et européens.
AI

acTTTus #2 – Le coup de projecteur : Toulouse INP : 50 ans d’enseignement… et de valorisation de la recherche

Créés en 1969, les Instituts Nationaux Polytechniques (Toulouse, Lorraine et Grenoble) fêtent leurs 50 ans cette année. Bien plus que des écoles d’ingénieurs, les INP permettent le développement d’innovation de rupture grâce à un accompagnement et une recherche d’excellence.
Les INP fédèrent aujourd’hui à travers la France, plus de 30 écoles d’ingénieurs constituées de plus de 1500 chercheurs regroupés dans 87 laboratoires et encouragent une recherche d’excellence.
La valorisation comme ADN
Avec plus de 4 000 contrats et plus de 20 millions d’euros annuels d’activités de recherche à caractère industriel, les laboratoires de Toulouse INP irriguent plusieurs centaines d’entreprises allant des PME régionales aux grands groupes internationaux. Cette recherche génère des nouvelles technologies par exemple dans les domaines des biomatériaux, des techniques de protection et nutrition des plantes, de la dépollution et de l’environnement, des améliorations dans le secteur des transports et de l’énergie, du développement de matériaux plus légers et plus résistants, de nouvelles applications autour de l’hydrogène ou encore du carbone renouvelable (biomasse).

Toulouse INP allie l’expertise scientifique à la compréhension des applications industrielles ou sociétales pour permettre la création d’innovations de rupture.

Le développement de partenariats « recherche » de Toulouse INP avec le monde de l’entreprise repose sur une forte politique de valorisation impliquant :
  • Des laboratoires affichant des ambitions et des résultats en termes de collaboration industrielle (Instituts Carnot, Laboratoires communs PME-ETI),
  • Des outils technologiques pour les projets (plateformes, centres de ressources technologiques dédiées aux PME) adossés aux laboratoires,
  • Des modalités de collaborations avec les entreprises diverses (chaires, laboratoires communs, thèses CIFRE…),
  • Une politique de fructification et de valorisation de son patrimoine intellectuel (stratégie PI) en lien avec sa filiale Toulouse Tech Transfer,
  • Une préoccupation envers les enjeux sociétaux, en parallèle du transfert du technologie, touchant par exemple les secteurs de l’environnement (eg. cycle de l’eau, gestion des ressources, amélioration des systèmes agricoles).
« Le lien formation-recherche à l’INP est propice au développement de collaborations partenariales, qui sont souvent initiées dans le cadre de travaux d’élèves-ingénieurs ou de stages. Ces collaborations couvrent des thématiques très larges autour de l’ingénierie et des agro-bio-sciences, et offrent des problématiques scientifiques riches. Elles sont de plus attractives pour les élèves-ingénieurs qui poursuivent leur formation en thèse dans nos laboratoires, et rejoignent le monde professionnel et industriel avec une expertise considérable et une expérience de recherche de niveau international.» indique Catherine Colin, Vice-Présidente Recherche et Valorisation de Toulouse INP.
Christophe Haunold, Directeur du SAIC INPACT, nous rappelle que les choses ont beaucoup évolué depuis 50 ans : « Les partenariats se sont accentués et développés, de par l’apparition de structures partenariales ambitieuses et un soutien croissant des financeurs publics aux opérations de collaboration entre académiques et industriels. Mais en premier lieu, nos partenaires viennent chercher une excellence scientifique, des moyens uniques et la liberté d’inventer, d’imaginer des solutions originales. Ce sont ces décennies de construction de compétences, d’infrastructures  et de méthodes scientifiques qui constituent autour des femmes et des hommes dans nos laboratoires la valeur de notre offre vers le monde socio-économique. »
Toulouse INP a su créer un véritable écosystème d’innovation, centré sur les compétences humaines, qui met à profit tout le spectre disponible dans une université technologique de haut niveau pour travailler avec le secteur industriel et économique : consultance, expertise, prestations intellectuelles et technologiques, collaborations de recherche, thèses, formation, laboratoires communs, plateformes, transfert de technologie.
La recherche au service de la création d’entreprise
Toulouse INP contribue également aux développements de start-up à partir des travaux de recherche menés par les laboratoires, par un accompagnement « dès le début des recherches jusqu’à la prise de participation au capital » comme le souligne Nicolas Videau, Chercheur et Co-Fondateur de Power Design Technologies.
Essaimage du laboratoire Laplace (Toulouse INP, UPS et CNRS), Power Design Technologies a été créée en 2016 par 5 docteurs experts en électronique de puissance. Power Design Technologies fédère aujourd’hui une équipe de 9 personnes à Toulouse. Elle a récemment renforcé son équipe commerciale et de support client. « L’INP nous a aidé de différentes manières : en nous accueillant dans ses murs le temps de mûrir le projet, en nous accompagnant par des formations à l’entreprenariat et par une prise de participation au capital de la société aux côtés de la SATT Toulouse Tech Transfer. La société bénéficie également d’une licence d’exploitation de la SATT portant sur la propriété industrielle de Toulouse INP et du CNRS. » complète Nicolas Videau.
Pour plus d’information : Toulouse INP
Arbre emblème Toulouse INP 50 ans

acTTTus #2 – Le coup de maître : NeoVirTech dans le « Top 10 drug Discovery & Developement – Europe 2019 »

Interview vidéo : de la recherche fondamentale à la création d’entreprise, Franck Gallardo, CEO de NeoVirTech, nous parle de son aventure de chercheur entrepreneur, du développement de sa technologie « ANCHOR™ » et de son entrée dans le « Top 10 drug Discovery & Developement – Europe 2019 » par le magazine PharmaTech Outlook. Cette nomination conforte la position de NeoVirTech comme acteur majeur de la virologie en Europe.
     

acTTTus #2 – Le coup d’après : TTT signe son 100e accord de licence d’exploitation

Avec plus de 950 résultats de recherches analysés conduisant à près de 700 inventions identifiées, TTT est aujourd’hui un des acteurs majeurs du transfert de technologie en Occitanie.
Cette 100ème licence d’exploitation signée avec la société RIBER (1er fournisseur mondial de composants qui entrent dans la fabrication des équipements d’épitaxie par jets moléculaires) concerne une technologie issue du LAAS-CNRS.
Ce nouvel accord confirme la place essentielle de la valorisation de la recherche académique permettant ainsi de faire émerger des innovations et de conforter la compétitivité des entreprises.
logo Riber