2eme édition Doc D’Occitanie

« Et si ton projet de thèse était bien plus qu’un projet de thèse ? Il représente peut être un potentiel pour une entreprise, un projet professionnel pour toi ! »
En 2020, pour sa 1ère édition, 5 doctorants ont bénéficié de ce programme inédit en Occitanie Ouest.
Roxelane est prête à créer son entreprise et bénéficie d’une maturation de TTT et est lauréat du concours innovation iPhD 2021. Voir sa vidéo.
Ludovic a été également lauréat du concours innovation iPhD 2021 et bénéficie de l’appui de BPI. Voir la vidéo d’Emmanuel Barbeau, son directeur de thèse.
Ken a bénéficié d’une étude de positionnement pour identifier les différents marchés d’application de ses résultats de thèse. Voir l‘article.
Marie-Aurore et Florian travaillent avec TTT les voies de valorisation possible de leur travaux qui se poursuivent. Voir l‘article.
Au travers du soutien de la Région Occitanie, Toulouse Tech Transfer vous propose Doc d’Occitanie, un programme d’accompagnement pour les doctorants ou jeunes docteurs dont le sujet de thèse peut avoir un potentiel de valorisation économique pouvant conduire à un transfert vers une société existante ou à créer.
Pour les candidats retenus, Toulouse Tech Transfer proposera un programme personnalisé et professionnalisant autour de :
  • La sensibilisation au transfert de technologie
  • L’analyse du potentiel économique des résultats de la thèse
  • Le conseil en Propriété Intellectuelle
  • L’accompagnement à l’entrepreneuriat technologique
Ce programme est susceptible, sous réserve de l’accord des écoles doctorales, d’être pris en compte au titre des formations obligatoires des doctorants.
Il sera également possible, après la thèse, que Toulouse Tech Transfer investisse dans le projet au travers d’un programme de maturation, avec le recrutement du jeune docteur.
Le dossier de candidature et le règlement du programme sont téléchargeables sur occitanie-tech-transfert.com/doc-doccitanie/ et les candidats ont jusqu’au 17 Septembre 2021 pour soumettre leur dossier.
La sélection se fera en deux temps, d’abord sur dossier puis lors d’un pitch devant un jury le 30 septembre 2021.
Informations & renseignements : doc-doccitanie@toulouse-tech-transfer.com

acTTTus #13 – Le coup d’œil – Concours d’innovation i-PhD, i-Lab & i-Nov

Ce jeudi 8 juillet 2021 s’est tenue la cérémonie de remise des prix des lauréats du Concours d’innovation 2020-2021. Cette cérémonie, placée sous le signe de la relance, a été l’occasion de mettre en lumière les 243 lauréats de l’édition 2021 du Concours d’innovation tous volets confondus, dont 53 lauréats accompagnés par les SATT.
Dans un contexte sanitaire et économique particulièrement contraint, les entrepreneurs français ont plus que jamais su faire preuve de résilience et de dynamisme. Innovants et déterminés, ils ont continué d’innover afin de relancer notre économie et de préparer l’avenir. Le Gouvernement s’est donné pour priorité de porter la relance en faisant de la France un pays leader en matière de création et de développement d’entreprises innovantes, nées des avancées de la recherche française, à fort contenu technologique, ou favorisant notamment les transitions écologique, énergétique ou alimentaire.
Le soutien de l’Etat, à travers le Programme d’investissements d’avenir (PIA) est un facteur déterminant pour les filières industrielles stratégiques, souveraines et soutenables. C’est également la marque d’un fort engagement auprès des entreprises via des financements, une labellisation reconnue et une communication renforcée. Le Concours d’innovation se décline en 3 volets complémentaires : i-PhD, i-Lab et i-Nov.
La cérémonie 2021 a donc été l’occasion de mettre à l’honneur les lauréats 2021 ainsi que des lauréats des promotions précédentes venus présenter à leurs benjamins leurs innovations et les nombreux bénéfices ayant découlé de leur succès au concours et de leur labellisation comme « investissements d’avenir ».
  • Les projets lauréats issus de la recherche publique représentent 63 % de l’ensemble des projets récompensés, dont 60% sont accompagnés par une SATT.
  • 58 % des projets lauréats sont accompagnés par un incubateur public, signe de la synergie entre le concours et les incubateurs.
Les résultats du Concours d’innovation
Consultez le Palmarès i-Lab 2021
Consultez le palmarès i-PhD 2021
Téléchargez le communiqué de presse du gouvernement
Le concours i-PhD, lancé en 2019 par le Gouvernement en partenariat avec Bpifrance, est né de la volonté du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation d’encourager l’esprit des doctorants et jeunes docteurs. Ce concours, qui se situe en amont du concours i-Lab, est réservé à de jeunes docteurs ou doctorants qui souhaitent créer ou co-créer une start-up Deeptech via un transfert de technologie valorisant des résultats de recherche.
L’objectif du concours i-PhD est d’accompagner des jeunes docteurs, soutenus par un laboratoire public de recherche et accompagnés par une structure de transfert de technologie, dans le but de valoriser un projet pouvant conduire à la création d’une start-up Deeptech.
43 projets sont cette année lauréats du concours d’innovation volet i-PhD, dont 10 Grands Prix. Chaque lauréat bénéficiera, outre une mise en visibilité, d’un programme d’accompagnement lui permettant d’accélérer son projet (mentorat, accès privilégié à la bourse French Tech avec un seuil d’intervention bonifié, temps forts immersifs dans l’écosystème Deeptech, outils de promotion pour les Grands Prix). Parmi eux, 27 lauréats sont accompagnés par les SATT, dont 4 Grands Prix.
Liste des lauréats et Grand Prix Réseau SATT : ICI
2 lauréats issus du programme Doc D’Occitanie sont accompagnés par Toulouse Tech Transfer : à relire dans acTTTus #12
  • Ladybird : amélioration du diagnostic des épilepsies pharmacorésistantes grâce à un algorithme de détection automatique d’anomalies électroencéphalographiques pathologiques basé sur une intelligence artificielle
    Ludovic GARDYCentre de Recherche Cerveau et Cognition (CerCo) & Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) – CNRS – Université Toulouse III Paul Sabatier
  • Indiqu’EAU :  plateforme de suivi pour la gestion de la quantité et de la qualité des eaux des bassins-versants basée sur un modèle agro-hydrologique
    Roxelane CAKIR – Laboratoire Ecologie Fonctionnelle et Environnement (équipe EcoBiz) – CNRS – Université Toulouse III Paul Sabatier – Toulouse INP ENSAT
Le concours i-Lab valorise quant à lui les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises de technologies innovantes. Organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en partenariat avec Bpifrance, il finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant, grâce à une aide financière importante (jusqu’à 600K€ par projet, pour un budget de 26 millions d’euros au total) et un accompagnement adapté. En 23 ans d’existence, i-Lab est devenu un point de passage privilégié pour les porteurs de projets innovants et un label de qualité unanimement reconnu par les investisseurs Deeptech.

Les 2 objectifs du concours i-Lab : détecter et faire émerger des projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes; favoriser le transfert des résultats de la recherche vers le monde socio-économique.

Pour l’édition 2021, le jury d’experts a distingué 69 lauréats parmi les 399 candidatures reçues au concours national, en particulier dans le domaine de la santé, du numérique et de la mécanique.Parmi eux, 26 lauréats sont accompagnés par les SATT, dont 3 Grands Prix.
Liste des lauréats et Grand Prix Réseau SATT : ICI
1 lauréat Grand Prix est accompagné par Toulouse Tech Transfer : Deeper Pulse représenté par Thomas Baudin.
  • La startup Deeper Pulse est une plateforme de calcul physique permettant de concevoir des moteurs innovants, adaptes aux nouveaux besoins électriques.
Plus de détail sur la startup dans la vidéo de Frédéric Messine (CSO Deeper Pulse) : ICI
« i-Lab est un dispositif central pour atteindre notre objectif de créer 500 start-up Deeptech par an, c’est pourquoi nous sommes très heureux d’avoir pu doter notre outil d’une enveloppe supplémentaire de 6 M€ cette année. »
Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
 
LE CONCOURS D’INNOVATION
L’Etat a créé les concours d’innovation en lien avec Bpifrance et l’ADEME. Ils forment un continuum d’accompagnement et de financement qui stimule les liens entre la recherche et l’entrepreneuriat à trois moments clé : i-PhD encourage la vocation entrepreneuriale des doctorants, i-Lab la création d’entreprises intensives en technologie et i-Nov les projets de développements portés par des startups et des PME.
Le concours i-PhD concerne les doctorants devant soutenir l’année du concours ou docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans. Est concerné tout projet de valorisation d’une technologie innovante développée dans un laboratoire de recherche et pouvant donner lieu à la création d’une startup disposant d’un fort avantage compétitif.
Le concours i-Lab concerne les porteurs de projet d’entreprise non créée ou d’entreprise de moins de 2 ans, dans un secteur à forte intensité technologique. Sont concernés les projets d’innovation portés par de jeunes sociétés ou pouvant donner lieu à court terme à une création d’entreprise et dont la faisabilité technique, économique et juridique est établie.

acTTTus #13 – Le coup de projecteur – Nouveau président pour Toulouse Tech Transfer

Le Conseil d’Administration de la SATT Toulouse Tech Transfer (TTT) a nommé le nouveau Président de TTT : Patrick Cazeneuve. Il succède à Pierre Dufresne qui a achevé son 3ème mandat le 30 juin 2021. Pierre Dufresne conservera la présidence par intérim jusqu’à la prise de fonction officielle de Patrick Cazeneuve début août 2021.
Pierre Dufresne est le Président de la SATT Toulouse Tech Transfer depuis sa création en janvier 2012. La société, créée dans le cadre du PIA (programme des investissements d’avenir), a la charge de la protection, la maturation, et la mise sur le marché des technologies issues de la recherche publique régionale, ainsi que la création d’entreprises DeepTech. Ces activités représentent de 5 à 7 M€ d’investissements annuels.
Sur bientôt 10 ans, Pierre Dufresne a assuré l’ensemble des opérations de la société (constitution, déploiement, développement) et les relations avec les associés et partenaires, ayant notamment mené à bien l’entrée des collectivités territoriales comme associées de la société (Région Occitanie & Toulouse Métropole).
Le 30 juin 2021, Pierre Dufresne a achevé son 3ème mandat de Président de Toulouse Tech Transfer. Sa présidence aura permis d’installer et de structurer l’une des premières SATT créées en France dont la performance et l’engagement ont été régulièrement soulignés.
« J’ai eu le privilège et le bonheur de mettre en place TTT. Je suis très reconnaissant envers tous les acteurs et partenaires qui nous ont apporté leur aide et leur soutien pour établir TTT dans le paysage de l’innovation et des relations entre laboratoires et entreprises. Tout ceci n’a été possible qu’en rassemblant une équipe de professionnels de haut niveau, et la réussite de TTT est d’abord la leur. Mes vœux les accompagnent pour la suite, dont je ne doute pas qu’elle sera un succès. » Pierre Dufresne
Une nouvelle présidence avec Patrick Cazeneuve
Agé de 55 ans, Patrick Cazeneuve a un riche parcours d’une trentaine d’années au service du développement économique, de l’innovation et du transfert de technologies, du financement de start-up et de la couverture des risques des PME. Diplômé de l’Université Toulouse III Paul Sabatier (Diplôme Supérieur d’Etudes des Matériaux, en formation par la recherche, et d’une spécialisation en Vide et Cryogénie), puis de l’IAE Toulouse (DESS Management et Administration des Entreprises), il complète son parcours quelques années plus tard par l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale) en 2004 et une certification AMF (Autorité des Marchés Financiers) en 2015.
Après deux années passées dans le monde consulaire à la CCI des Deux-Sèvres, il rejoint l’ANVAR (Agence Nationale pour la Valorisation de la Recherche) en 1994 à Poitiers, puis Limoges et Nanterre. Devenue OSEO, il en prend la Direction régionale en Champagne-Ardenne en 2002 puis en Midi-Pyrénées en 2005, et ce jusqu’en 2010. Il animera ensuite pendant deux ans et pour le compte du PRES Université de Toulouse, en tant que Directeur de projet, l’équipe pluridisciplinaire en charge de la création de l’IRT Saint Exupéry, projet retenu par l’Etat en mai 2011 dans le cadre du PIA.
Après ce lancement réussi, il rejoint en 2012 IRDI Capital Investissement en tant que Venture Partner pendant 5 ans. Il y sera conseiller du pôle « risque » avec notamment le lancement du fonds d’amorçage Irdinov1 (33 M€) et en appui au pôle « développement ». Depuis 2017 et jusqu’à sa nomination en tant que président de la SATT Toulouse Tech Transfer, il est associé dirigeant de Risk&Fleet Assurances (cabinet toulousain spécialisé dans la couverture des risques d’entreprise).
En parallèle de ses fonctions, Patrick Cazeneuve a contribué activement en tant qu’intervenant à TSM, aux nombreuses sessions régionales des « Doctoriales » pendant 20 ans, ou encore comme membre du Comité d’investissement de la SATT Aquitaine Science Transfert jusqu’en 2018. Il est actuellement membre du Conseil d’Administration de l’INSA Toulouse et administrateur du Club Galaxie.
« Je suis honoré par la décision du CA de la SATT et le choix de ses actionnaires de me confier la présidence de TTT que j’ai vu naitre et se développer. Je sais pouvoir compter sur une équipe aux compétences multiples pour relever ensemble les nouveaux défis après une période sanitaire et économique difficile pour tous. TTT continuera à jouer pleinement son rôle d’intermédiaire dans la chaine de création de valeur en s’appuyant sur des partenariats intelligents les plus larges possibles. Le site toulousain regorge de ressources et l’un de nos principaux défis sera de détecter, financer, et accompagner les pépites qui feront les emplois de demain. Je suis confiant dans notre capacité collective à réussir ce challenge au profit de notre territoire. » Patrick Cazeneuve

Pierre Dufresne & Patrick Cazeneuve – Crédit photo : TTT/Rémi Benoit

acTTTus #13 – Le coup de coeur – Deeper Pulse

Frédéric Messine, professeur – enseignant chercheur : LAPLACEToulouse INP ENSEEIHTCNRS nous présente la toute jeune startup Deeper Pulse, dont il est le CSO.
Deeper Pulse est une plateforme de calcul physique permettant de concevoir des moteurs innovants, adaptes aux nouveaux besoins électriques. La startup est lauréate Grand Prix i-Lab 2021. Elle est accompagnée par Toulouse Tech Transfer.
Pour en savoir plus : ICI

acTTTus #13 – Le coup de maître – 8.5 M€

8.5 M€
C’est le montant de la 2ème levée de fonds de Micropep Technologies.
Trois ans après son premier tour de table, la startup toulousaine du biocontrôle, Micropep Technologies, réalise un deuxième tour de financement et lève 8,5 millions d’euros. Cette somme servira notamment à développer de nouvelles molécules et à industrialiser la production de cette solution alternative aux pesticides. Micropep Technologies est une startup accompagnée par Toulouse Tech Transfer.
   

acTTTus #13 – La tribune du lauréat – Laurent Selle

A chaque nouvelle acTTTus, la parole est donnée à un lauréat des Trophées de la Valorisation de la Recherche 2020. Découvrez la tribune de Laurent Selle – Chargé de recherche CNRS – Laboratoire IMFT, lauréat du Trophée Collaboration en Occitanie 2020.
Laurent Selle a mis au point pour la société languedocienne Bulane, un procédé d’hybridation à l’hydrogène pour un brûleur de chauffage individuel ; cette innovation pourrait permettre, à terme, de remplacer le carburant des chaudières par de l’hydrogène vert produit à partir de ressources renouvelables.
Combustion et transition
Au niveau mondial, 80% de l’énergie primaire est produite par combustion d’un carburant fossile. Pour la production d’électricité c’est le charbon qui domine, le pétrole assure l’essentiel de la mobilité et le gaz de la production de chaleur (et une part de l’électricité). L’impact sur le climat des émissions de CO2 associées à cette combustion appelle de toute urgence à ce qu’on nomme la « transition énergétique ».
En tant que chercheur en combustion, vouloir contribuer à cette transition impose l’étude de carburants issus de sources non-fossiles. Les candidats potentiels sont, entre autres : l’hydrogène, l’ammoniac, les biocarburants et des carburants de synthèse produits à partir de sources énergétiques bas-carbone.
Si les sujets de la production d’électricité et de la mobilité sont les plus fréquemment discutés, les besoins en chaleur industrielle et domestique comptent pour la moitié de la consommation finale d’énergie et la décarbonation de ce secteur est un enjeu majeur.
Projet et collaboration avec Bulane
En 2018 j’ai pu rencontrer Nicolas Jerez, CEO et fondateur de la société Bulane à la faveur d’un groupe de travail organisé par la Région Occitanie. La société Bulane a un positionnement unique en France puisqu’elle propose des solutions de brasage avec une flamme d’hydrogène issu d’électrolyseurs qu’elle développe. Ils ont été intéressés par la compétence de l’équipe de l’IMFT en combustion de l’hydrogène, alors appliquée à la propulsion fusée, et ont partagé avec nous leur vision d’un chauffage domestique à l’hydrogène.
Grâce au dynamisme d’une startup comme Bulane, les choses sont allées très rapidement et en quelques mois nous avions posé les bases d’une preuve de concept et d’un contrat de collaboration. L’idée était de démontrer en laboratoire que les brûleurs de chaudières domestiques actuelles pouvaient être hybridés avec de l’hydrogène, sans changement technologique.
Si le fait de remplacer partiellement le gaz naturel par de l’hydrogène est envisagé dans les réseaux de distribution, la solution proposée par Bulane est une production localisée de l’hydrogène avec un électrolyseur couplé à la chaudière. Nous avons pu démontrer ensemble que cette solution avait un meilleur potentiel de diminution des émissions de CO2.
Que retenir de cette aventure… qui continue !
Sur le plan technique, nous avons pu démontrer qu’une diminution de 20% des émissions CO2 était possible, à service égal, avec des brûleurs existants. Grâce à ce premier succès, nous avons enchainé avec une deuxième collaboration sur un brûleur plus puissant destiné à l’industrie. Nous avons pour ce faire, recruté un Ingénieur de Recherche qui consacre plus de 80% de son temps à cette collaboration et dont l’activité est financée pour encore une année. La vision partagée par Bulane et le laboratoire qu’il est nécessaire d’investir dans les ressources humaines pour pérenniser les compétences est un des ingrédients de cette réussite.
Si la dimension scientifique n’était pas le premier objectif, ces travaux réalisés en laboratoire avec des personnels qualifiés et des diagnostics de précision ont révélés de nouveaux enjeux associés à la combustion de l’hydrogène. Les effets de courbure de flamme et de couplage avec la thermique sont maintenant au cœur de projets plus fondamentaux menés dans l’équipe.
C’est enfin en grande partie à la dimension humaine que tient la réussite de cette collaboration. Une relation de confiance et une fluidité du processus de décision nous ont permis de revoir en cours de route de nombreux aspects du projet afin de toujours choisir la voie la plus prometteuse. Au travers de visites et d’échanges fréquents, les équipes du laboratoire et de Bulane se sont interconnectées, jusqu’à l’embauche d’un nouveau personnel Bulane, accueilli à temps plein à l’IMFT pendant 6 mois.
La nature semblant clémente avec nos investigations de la combustion d’hydrogène pour la production de chaleur, une nouvelle phase va débuter dans quelques mois avec une thèse qui se déroulera à l’IMFT, cofinancée par Bulane et la Région Occitanie.

Voir le replay du LIVE des Trophées de la Valorisation de la Recherche 2020 : ICI