acTTTus#16 – Le coup d’œil – Le LMDC œuvre pour Notre Dame de Paris

La Division de Transfert de Technologies (DTT) du LMDC (Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions) de Toulouse intervient sur des dimensionnements, des expertises et des sinistres d’ouvrages variés comme des barrages, des centrales nucléaires, des ponts, des bâtiments, des tunnels ou des monuments historiques au niveau local, national et international.
Le 15 avril 2019, l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a provoqué un choc retentissant en France et au-delà des ses frontières. La reconstruction de ce joyau du gothique pour 2024 a été jugée comme prioritaire par le Président de la République Française. La phase de diagnostic post-incendie de la tenue de cet ouvrage emblématique en maçonnerie est donc rapidement devenue un sujet à enjeux politiques, touristiques et industriels.
Pierre Morenon, responsable des méthodes numériques au sein de la DTT, participe depuis plus d’un an et demi au groupement d’experts « structure » du chantier pour le compte de l’établissement public aux côtés des architectes en chef des monuments historiques et des bureaux d’études spécialisés. « Je réalise des calculs de la structure, principalement des voûtes et des arcs-boutants, pour établir les marges de sécurité résiduelles après les dégradations générées par l’incendie et l’eau d’extinction projetée par les pompiers. »
Les résultats permettent aux ingénieurs et aux architectes de prendre des décisions stratégiques concernant la reconstruction ou, le cas échéant, le renfort de l’ouvrage.
« Les modèles numériques utilisés dans cette étude sont le fruit de 20 ans de recherche au sein du LMDC de Toulouse. Ces méthodes de calculs non conventionnelles pour des ingénieurs permettent de prendre en compte les spécificités mécaniques des maçonneries de pierre, notamment leurs multi-fissurations. » Dans le consortium d’expert, d’autres modèles universitaires français sont déployés pour fiabiliser les résultats.
« Cette tragédie patrimoniale peut être également vue comme une opportunité incroyable d’étudier finement la stabilité et le comportement mécanique de cet ouvrage emblématique. »
Parallèlement, la DTT participe à la réalisation de mesures sur site qui ont pour but de nourrir les modèles numériques du diagnostic mais aussi le projet de recherche ANR DEMMEFI auquel participe activement le LMDC pour les 3 prochaines années.
La DTT joue ainsi parfaitement son rôle en appliquant les dernières découvertes des chercheurs en génie civil toulousains pour des enjeux industriels à fortes valeurs ajoutées tout en promouvant le LMDC sur ce projet emblématique, surnommé « le chantier du siècle ».
Le Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC) est un laboratoire universitaire de recherche dans le domaine de la science des matériaux et des structures de Génie Civil. Ses organismes de tutelle sont l’Université Toulouse III Paul Sabatier et l’INSA Toulouse. Plus de 50 enseignant-es chercheurs-euses réalisent leur recherche au LMDC.
La Division Transfert de Technologies, rattachée à Toulouse Tech Transfer, a pour objectifs :
  • Assurer l’interface entre la recherche et les entreprises
  • Être un support aux entreprises du secteur de la construction
  • S’informer des problématiques techniques rencontrées par les entreprises
La DTT fonctionne sur une convention INSA ToulouseUniversité Toulouse III Paul SabatierTTT.
L’équipe composée de 4 personnes agit sur :
  • Assistance technique
  • Étude des propriétés des bétons (mécanique, durabilité)
  • Caractérisation des matériaux, contrôle des granulats
  • Expertise judiciaire
  • Formulations de béton, mortier, coulis
  • Développement et calculs numériques à la demande
  • Calculs éléments finis de structures dégradées
  • Participation à des projets de R&D et ATEX